La fin du monde (ou l’univers en feu)

Mardi 6 novembre 2012, par Frédéric Bohy // Magazines

Si j’en crois la Bible, le spectacle sera époustouflant, et les amateurs de feux d’artifices et d’effets pyrotechniques, ou les admirateurs d’étoiles filantes ne seront pas déçus ! Excusez-moi ! Il n’est pas permis de plaisanter avec un sujet pareil, car ce qui se passera à la fin du monde sera dramatique. Dieu, le Créateur de ces splendides joyaux que sont la terre et l’univers, détruira ces œuvres à cause du péché de l’homme qui a tout sali et corrompu. En lisant les passages relatifs à la Fin, vous constaterez comme moi que le spectacle sera hallucinant et de nature à épouvanter les hommes au point que certains mourront de frayeur. Même les croyants encore en vie ce jour-là auront à lutter contre la peur ; ce n’est pas pour rien que Jésus les exhorte : « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche » (Mt 21.28).

Voyons les choses d’un peu plus près

N’attendez pas de moi plus d’indications que l’Ecriture n’en donne. Ce qui est clair, c’est que l’univers tout entier – terre y comprise – disparaîtra dans le feu : « Le ciel et la terre actuels sont gardés pour le feu » (2P 5.7). Cette annonce du feu cosmique et universel est répétée plusieurs fois : « Ce jour-là, le ciel disparaîtra avec fracas, les éléments embrasés se désagrègeront et la terre avec les oeuvres qu’elle contient sera brûlée (...) Hâtez la venue du jour de Dieu, jour où le ciel enflammé se désagrégera et où les éléments embrasés se fondront » ((2P 3.10,13). Dans le Livre des Actes (2.20), nous lisons que « le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang, avant l’arrivée du jour du Seigneur ». Explosion Matthieu (24.29) dit la même chose, à quelques nuances près : « Le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel ». Comme nous avons déjà pu le noter, le cataclysme n’affectera pas seulement les astres dans l’univers, mais aussi et surtout la terre. On y assistera à d’effrayants bouleversements, à d’épouvantables phénomènes naturels tels que raz-de-marée, tsunamis gigantesques, comme cela ressort des paroles du Seigneur : « Sur la terre, les nations seront (...) épouvantées par le bruit de la mer et des vagues » (Lc 21.25). Mais la terre aussi finira dans le feu : « La terre avec ses oeuvres sera brûlée » (2Pi 3.10). Oui, « brûlée » ! Cela prête sans doute moins à sourire depuis qu’on a découvert l’extraordinaire énergie que recèle la matière et plus précisément l’atome. Sans parler du magma (roche en fusion) sous nos pieds... Ne dit-on pas que le noyau de la terre est à plus de 5000° degrés ? Nous sommes assis sur du feu.

Peut-on établir une chronologie ou définir la durée de ces événements ?

C’est difficile. Mais ce qui est sûr, c’est que la survenue de la Fin sera brutale et inattendue. Paul parle aux Thessaloniciens (1/5.3) d’« une ruine soudaine qui fondra sur les hommes ». Pour autant, une certaine progressivité et une certaine durée avant la phase paroxystique ne semblent pas exclues. Lisez attentivement ce que dit le Seigneur : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Et sur la terre, les nations seront dans l’angoisse, épouvantées par le bruit de la mer et des vagues. Des hommes rendront l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra sur la terre, car les puissances célestes seront ébranlées (...) Quand ces événements commenceront à se produire, redressez-vous et relevez la tête... » (Lc 21.25-28). Il paraît logique de penser que les inondations de grande ampleur précèderont l’embrasement de la terre. Même sentiment de progressivité avec la lune qui passera par une phase de couleur rouge-sang avant de s’assombrir totalement comme le soleil... Ces phénomènes effrayants seront accompagnés d’un vacarme assourdissant sur terre (« Les nations seront (...) épouvantées par le bruit de la mer et des vagues » (Lc 21.25) et dans l’atmosphère (« Le ciel disparaîtra avec fracas »). Vous imaginez les hurlements de milliards de personnes paniquées !

Pour résumer

Spectacle terrifiant que celui de l’univers en flamme, des astres filant en tous sens tels de gigantesques étoiles filantes, du soleil qui s’éteint, de la lune qui vire au rouge foncé, puis au noir... L’univers s’effondre tel un château de cartes et se désagrège comme le sucre qui fond dans l’eau. J’ai toujours été émerveillé par l’extraordinaire équilibre qui prévaut dans l’univers. Pensez à la lune : comment se fait-il que depuis la fondation du monde, elle ne soit pas encore tombée sur la terre par suite de l’attraction terrestre ? Réponse : parce que l’attraction est compensée par la force centrifuge (puisque la lune tourne autour de la terre). Mais tout de même ! Quel incroyable équilibre : les satellites artificiels placés en orbite par les hommes ne finissent-ils pas par retomber un jour ? Pourtant, depuis des millénaires, la lune reste en place. Parce que Dieu l’y a placée ! Même équilibre prodigieux en ce qui concerne la terre et les autres planètes qui tournent autour du soleil. Il en sera ainsi... jusqu’au jour où Dieu retirera sa main.

La frayeur sera grande en ce jour

Mais pas seulement en raison du spectacle hallucinant de la fin, mais bien plus encore à cause de l’imminence du retour du Christ qui signifiera la condamnation des hommes impies et leur mort éternelle dans un feu bien pire... Qu’adviendra-t-il des croyants en ce jour ? Qu’ils se rassurent : « Quand ces événements commenceront à se produire, dit Jésus, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance est proche » (Mt 21.28). Le Seigneur leur rappelle ce qu’ils savaient déjà, mais que la vision – en direct ! – de l’effrayant cataclysme aura peut-être tendance à estomper : savoir que l’heure de la Fin signifie pour eux l’entrée dans l’éternité bienheureuse. Mais tout de même : comment les croyants seront-ils sauvés au travers du feu ? Tout simplement par un miracle divin. Souvenez-vous comme Dieu a merveilleusement préservé Noé et les siens des eaux du déluge en les installant à bord de l’arche qui vogua sur les flots en furie. Il saura de même préserver ses enfants du déluge de feu. D’ailleurs, l’apôtre Paul est très clair : « Nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux [= les croyants morts, préalablement ressuscités] sur les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur » (1Th 4.17).

En conclusion

Retenez bien ce verset : « Alors, toute personne qui invoquera le nom du Seigneur sera sauvée » (Ac 2.20). Oublions les flammes, les flots, le vacarme et tout ce qu’il pourra y avoir : la seule chose qui importera en ce jour, c’est la foi en Jésus. Mais sachez bien – et dites-le autour de vous ! – que seuls ceux qui auront fait sa connaissance auparavant pourront invoquer son nom en ce jour. La foi ne s’improvise pas, comme ça, à la dernière minute. Et ne croyez surtout pas qu’à la vue de ces choses effroyables, la peur conduira certains à croire : la foi ne naît pas de la peur, mais de l’Evangile ! C’est aujourd’hui que vous devez vous tourner vers Jésus. Alors ce jour si redoutable ne le sera pas pour vous ; au contraire, comme le dit l’apôtre Pierre, ce sera un jour « grand et glorieux » (Ac 2.20), le jour de « votre délivrance » (Lc 21.28). Frédéric Bohy

Répondre à cet article